Ici, là-bas et partout ailleurs: Terry Lee Hale l’auteur-compositeur-interprète les a tous vu. Rejeton de l’armée, né au Texas, il s’est mis à la guitare inspiré par un vieux 78 tour de Billy Haley trouvé dans un placard de chambre et après avoir vu Les Beatles sur l’émission de variété d’Ed Sullivan. Terry Lee a changé 10 fois d’écoles et a appris très jeune à voyager facile. Diplômé de Yakima Washington, une vielle guitare Stella en bandoulière, d’abord San Francisco puis à travers le pays jusqu’au Maine, faisant l’expérience de la vie.    
Le temps et les réseaux routiers Inter Etats l’ont porté dans tout le pays jusqu’en 1984 puis ramené vers le Pacifique Nord-ouest et Seattle,  accompagné de sa fille de 7 ans, de 2 valises et d’une nouvelle guitare Froggy Bottom. 
 
“Etre un parent isolé a eu un impact considérable sur ma vie”, explique-t-il. “Ça a forcément retardé ma carrière et ça a eu un impact sur un tas d’autres choses. Aucun regret cependant. Vous remontez vos manches et faites ce que vous avez à faire. ”
 
Il commencera par faire la première partie des groupes rock locaux, des groupes comme Soundgarden, Skin Yard, Screaming Trees et The Walkabouts et à faire jouer des groupes dans les clubs de la ville.
Pendant plusieurs années Terry Lee a fait partie de la scène solo de Seattle,  jouant dans les clubs et les bars de la ville avec ses accords de guitare et ses chansons obscures, dangereuses. Seattle était en train de changer.  Autrefois endormie,  isolée, c’est soudainement devenu la ville la plus supportable de l’Amérique et la scène musicale “underground” présente dans toute la ville commençait à exploser au niveau national.
Seattle a été sa maison plus que tout autre endroit,  mais musicalement il ne s’intègre pas dans cet environnement supposé libre et facile, aux lignes musicales trop clairement définies,  ce qui en a fait un outsider.
 
Il n’a jamais réussi à établir de relation avec une maison de disque Américaine à part pour une chanson sur la richissime compilation Sub Pop 200 – le seul auteur-compositeur-interprète à y figurer.
Mais en 1993, tard le soir,  il y a eu ce coup de fil d’Allemagne lui demandant s’il serait intéressé d’avoir sa cassette "Oh What A World"  publiée en CD/LP sous le label Normal Records pour une sortie Européenne.
Sa vie de Booking Agent/Barman allait bientôt prendre fin, sa fille Liza Lee habitait désormais à Denver avec sa mère et les temps changeaient.  
 
1993 marque le début de ses tournées sur le continent européen en tant que première partie du groupe The Walkabouts.  Rapidement il s’est fait des amis en Bretagne et après quelques années il y passait plus de temps qu’aux U.S. C’était vraiment un changement de vie. Les années de créativités ont suivies. Une série d’albums est sortie en Europe,  sous les Labels Glitterhouse, Blue Rose, Borderdreams, et en 2011 un album auto produit tout en continuant à tourner,  en solo ou avec divers groupes,  TLH était enfin devenu musicien à plein temps.
“En venant en Europe j’ai pu passer du petit club à la salle de concert et accéder à un niveau de respect plus substantiel. C’est un changement de statut important.”
 
En 2013, Terry Lee Hale enregistre à nouveau après un break de trois ans. The Long Draw, sur Glitterhouse Records. Produit par Bob Coke (Black Crowes, Ben Harper) The Long Draw  est un album magistral d’auteur de chansons Américaines.
Sélection FIP  à sa sorti. Cet album donne la sensation d’un carnet de route, un recueil de nouvelles. Ces nouvelles chansons racontent certaines de ces histoires, de ces kilomètres. Comme des épingles sur une carte.”
 
2015, Terry Lee quitte Paris pour s’installer dans la ville portuaire de Marseille, France.
Et enregistre un nouvel album “Bound, Chained, Fettered  l’album sera enregistré dans le nord de l’Italie avec le producteur Antonio Gramentieri (Hugo Race, Dan Stuart) et son groupe de musiciens. Choix dicté par l’admiration que Terry Lee porte à la production de Sacri Cuori le propre groupe de Gramentieri.
Un album ou Terry Lee Hale est profondément immergé par la puissance de sa voix et la puissance de ses textes. Et qui comme toujours n’a pas peur de repousser les frontières émotionnelles et musicales. Un album dépouillé, élégant, convaincant.
Probablement le meilleur album de Terry Lee Hale.
Sortie prévue le 8 avril sur Glitterhouse Records

Discographie:
 
2013 - The Long Draw
 
2010 - Proof Of A Promise
 
2007 - Shotgun Pillowcase
 
2004 - Celebration What For
 
2004 - Frozen (Live)
 
2003 - Tender Loving Hell - The Best of TLH
 
2000 - The Blue Room
 
1999 - Old Hand (with The Blind Doctors)
 
1996 - Leaving West
 
1995 - Tornado Alley
 
1995 - The Wilderness Years
 
1994 - Frontier Model
 
1993 - Oh What A World

Complete discography